Des enfants ultrasensibles génétiquement modifiés pour le combat.
 

Partagez | .
 

 Rendez-vous... galant ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Diana Luyen
Fais de moi ton maître, et donne-moi ton don !

Messages : 425
Date d'inscription : 04/02/2012
Localisation : Dans le Centre --'

Feuille de personnage
Eelut : Gerbay (un Tamia Rayé)
Âge du personnage : 23 ans
Section:

MessageSujet: Rendez-vous... galant ?   Jeu 19 Juil - 9:15


Mon reflet dans le miroir ne me convient pas. Cette robe ne me va pas. Trop... flashi. Je l'enlève et en enfile une autre, noire. Mi-longue, elle s'arrête sur le genou. Une ouverture triangulaire laisse apparaître mon dos. Elle n'a pas de manches et ça fait plus joli sans collier, au moins je ne pourrais pas le tripoter. Je décide d'arrêter de me prendre la tête et de l'acheter. Ça fait une heure que je suis dans cette cabine, à chercher la robe pour mon rendez-vous de ce soir avec Léandre.

Ça s'est passé mardi. Je discutais avec des amis dans la cour de récréation. L'un d'eux, un garçon regardait derrière mon épaule. Je me suis retournée, pour voir ce qui le perturbait... C'était Léandre, le "Scientifique aux cheveux roses" qui marchait d'un pas vif vers les bâtiments. Pas étonnant que le lycéen soit surpris ; je n'avais jusqu'à présent jamais croisé Léandre en dehors de son laboratoire. Je me suis aussitôt mise à paniquer ; est-ce que je devais aller le voir ? Pour lui demander la date de notre prochain cours particulier par exemple, bien que je la connaisse déjà. La dernière fois, ça s'était bizarrement fini. J'avais voulu rester, mais pas pour travailler sur notre projet. Et je crois que c'était la même chose pour Léandre. Pourtant aucun de nous deux n'a rien fait et je suis parti, la porte de son bureau déjà refermée derrière moi.
Mais cette fois, je pouvais faire quelque chose. Comme une automate, j'ai murmuré "Excusez-moi" à mes amis et je me suis dirigé vers lui. Il portait son habituel habit blanc et ne semblait pas m'avoir vu jusqu'à ce que je passe devant lui, l'air de rien. Il m'a arrêté – heureusement, je ne sais pas ce que j'aurais fait dans le cas contraire – et a bafouillé une invitation à dîner.
– Diana, je me demandais... hn... J'aimerais... t'inviter en quelque sorte au restaurant. Tu n'es pas obligé d'accepter, bien sûr, ce n'est pas très professionnel de ma part.
Je ne m'attendais vraiment pas à ça. Etait-ce pour cela que notre dernier cours s'était fini comme tendu ? Parce qu'il n'osait pas me demander ?
– Mais j'accepte. Quand ça ? Avais-je répondu avec le plus d'assurance possible.
– Jeudi soir, 19h30 au restaurant La Rosace ?
A peine le temps de dire "d'accord" qu'il avait aussitôt repris son chemin. J'aurais bien ajouté quelque chose, mais quoi ? On ne pouvait pas se permettre de parler de notre projet ici. Je me suis mise à sautiller toute la journée, sans pouvoir expliquer à personne pourquoi je gesticulais comme ça.
Ma journée ainsi que celle du mercredi et du jeudi s'est déroulée comme d'habitude, j'enchaînais les cours tout en pensant à ce rendez-vous. J'y songeais sans cesse, jour et nuit, même en parlant de quelque chose de totalement opposé. A tel point que j'étais dans la lune pendant les séances d'entrainement, où je perdais combats sur combats.

Et c'est donc grâce à quelques heures de temps libre que j'ai pu trouver une robe pour ce soir.
Une fois l'habit payé et la monnaie rendue, je prends tous les raccourcis possibles pour retourner dans ma chambre. Il ne me reste plus beaucoup de temps, surtout si je veux me préparer convenablement...

Avec la robe, je mets des talons à aiguilles noirs assortis, quelques bracelets, et du maquillage – mascara, crayon, fond de teint et un peu d’eyelineur. A la dernière seconde, je trouve que quelque chose ne va pas mais ne décelant rien je renonce. Le stress sans doute. Léandre a dis que ce rendez-vous n'était pas très professionnel de sa part, donc... donc, il m'invite par... Hn, il est l'heure d'y aller. Je cours presque jusqu'à l'ascenseur, et une fois dans la rue j'agite si fort ma main pour appeler un taxi qu'on me prendrait bien pour une folle.
Je soupire d'aise une fois assise à l'intérieur du véhicule et indique "La Rosace" au conducteur. Gerbay, transformé en papillon de nuit, m'a suivi ; j'aurais préféré qu'il reste dans la chambre. Il l'a bien compris et me fait savoir que lui veut m'accompagner. Il ne fait toujours pas confiance à Léandre, alors que pourtant, la dernière fois il semblait plutôt d'accord pour que je collabore avec lui. Ça n'a pas duré, j'ai l'impression qu'ils ne s'apprécient pas vraiment tous les deux, mais ça ne m'empêche pas d'aller à ce rendez-vous. Avec douceur, je le convaincs d'aller se balader et de ne pas venir nous déranger ce soir.
– Et voilà ma p'tite dame. Restaurant La Rosace. Mangez bien !
Le conducteur me fait sursauter, tant j'étais plongée dans mes pensées, à regarder la route défiler derrière la vitre.
– Merci, je souffle en lui glissant dans la main quelques pièces.
Je descends sur le trottoir. Derrière les fenêtres de la brasserie, des gens discutent et mangent autour de tables joliment décorées. Une douce odeur de nourriture bien préparée s'échappe et me donne envie de me réfugier à l'intérieur. J'ai froid ; je n'ai pas pris de gilet. J'aurais peut-être dû.
Je cherche Léandre des yeux, peut-être qu'il n'est pas encore arrivé ? Je manque de ne pas le voir, lui qui est pourtant à quelques pas de moi. Smoking bleu marine et cravate rouge, il a sorti le grand jeu. Je ne peux m'empêcher de sourire en m'approchant.

Image par Bazzart

_________________
    ancienne administratrice à la retraite ~


Dernière édition par Diana Luyen le Jeu 26 Juil - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebazzartdeween.tumblr.com/
avatar


Léandre Black
Imperfection au masculin

Messages : 197
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23
Localisation : Derrière une séringue

Feuille de personnage
Eelut : Never too
Âge du personnage : 26 ans
Section: Sans pouvoir

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Mar 24 Juil - 7:06

Je suis un grand malade. Ou une espèce de masochiste peut-être. Cela ne pouvait être que cela. Maudite passion qui enflamme les cœurs, maudite Diana pour en avoir été l'allumette et surtout, maudite cravate ! Je n'arrivais pas à la mettre en place, j'avais les mains qui tremblaient. Moi, le grand Léandre Black. Scientifique diplômé et de renom, maître de la génétique, incapable de contrôler ses émotions pour un simple rancart. Ce n'était pourtant pas ma première femme ! Et j'avais aussi de l'expérience chez les hommes ! Alors pourquoi fallait-il que je me comporte comme un de ces collégiens naïfs et boutonneux qui allaient à leur premier rendez-vous ? Heureusement, j'avais rapidement réussi à m'éclipser après avoir lâcher un horaire un lieu de rendez-vous. Elle avait du se foutre de moi en me voyant si mal à l'aise ! Grr, c'était bien les femmes. Mes sentiments de ces précédents jours n'étaient pas non plus très glorieux. Je me suis posé une centaine de question et j'eus le plus grand mal à me concentrer sur mes expériences. Le visage angélique de Diana hantait ma mémoire. J'étais mélangé dans une sorte d'angoisse, d'impatience et d'excitation. Je pouvais comprendre mon angoisse le jour où j'avais invité la jeune femme mais que cela me suive autant, cela en était inquiétant. Le jour de ma demande, j'avais tellement craint qu'elle ne me rejette ou que pire, elle pense qu'elle n'avait pas le choix puisque nous étions des collaborateurs. J'avais bafouillé que ma demande n'était pas professionnel et j'eus l'immense joie mais aussi une grande gêne lorsqu'elle accepta. Elle semblait pleine d'assurance, sans aucun malaise comme si tout cela était naturel. Peut-être n'étais-je pas le premier type à lui tourner autour. Pire ! Si elle était une croqueuse d'homme ? La belle affaire. Ma peur numéro un était qu'elle me pose un lapin. J'avais aucune raison de craindre ceci, n'es-ce pas ? Je lâchais un profond soupire et balançais la tyrannique cravate pour en prendre une autre, rouge cette fois. J'essayais une nouvelle fois de la mettre, suivant les indications qui apparaissaient sur internet.

Une fois -et enfin- que la cravate fut mise en place, j'entrepris la tache de cirer mes chaussures. Je voulais être parfais jusqu'au bout des pieds. Mon costume d'un bleu nuit avait été envoyer chez les pressing pour l'occasion et mes cheveux pink avait été soigneusement coiffé. Pour elle et juste pour elle. J'espère ne pas avoir à le regretter. Je ne réalisais pas encore très bien que je m'étais enticher de Diana. Enfin si, je le savais évidemment sinon je ne l'aurais pas inviter à diner mais j'avais du mal à bien le réaliser. Je m'étais promis de ne jamais m'accrocher. Et pourtant, la corde qui attachait mon cœur à celui de la jolie blonde était bien solide. L'amour rendait aveugle, comme disait le proverbe. J'étais un homme de science et je n'avais que trop besoin de mes deux yeux. J'étais un fou, parce qu'aujourd'hui je prenais le risque. Je prenais le risque d'aimer Diana, même si cela devait me perdre. Et puis, avec le risque que nous prenions déjà avec notre plan de conquête du centre, nous aimez ne changerait surement pas grand chose au pourcentage de chance de finir six pieds sous terre. De plus, si Diana acceptait de m'aimer en retour, je pouvais être certain qu'il y aurait beaucoup moins de risques qu'elle me trahisse un jour. Si elle refusait ? Non. Je voyais bien que nos échanges de regard voulaient dire quelque chose. Notre dernier cours particulier avait été particulièrement étrange. Ce sentiment d'inachèvement, comme si l'on avait oublié de ce dire quelque chose. Peut-être aurai-je le courage de le dire aujourd'hui.

Un peu d'Eau de Cologne au creux du cou en petite touche final. Je me regardais une dernière fois dans mon miroir tournant sur moi même pour vérifier si tout était bien en ordre. Parfait. J'étais parfait. Je comptais bien à ce que cette soirée le soit aussi.

Diana, me voilà.

[...]

J'étais peut-être arriver un peu en avance. Je regardais ma montre (sans cesse ? Mais non voyons !) et je gémissais quand je constatais que l'aiguille n'avait pas tellement bouger depuis que je l'avais regarder. Je décidais de concentrer mes pensées sur l'arrivée prochaine de Diana. J'étais immobile devant le restaurant, fixant les alentours d'un oeil averti. Je vis une petite famille (ancien élève du centre) me dévisager et le gosse flanqué dans les jupes de sa mère chuchota que j'étais une drôle de statue. Sale môme. Un quart passa ou je devenais de plus en plus nerveux. Je tournais en rond, les mains dans mon dos. Et si elle ne venait pas ? Si elle avait eu un empêchement ? Si elle avait oublié ? Si elle se fichait de moi ? Soudain, la réalité me frappa durement. Je n'avais même pas de bouquet de fleurs ! Au moment où cette pensée me frappa, je la vis. Belle comme un coeur, sexy à mourir, pleine de grâce et de... enfin, bref. Je me dirigeais d'un pas ferme vers elle, lui présenta mon bras pour qu'elle le saisisse. Je tâchais de garder un visage neutre, ne voulant pas qu'elle sache mon trouble.

- Bonsoir, Diana. Tu.. Tu es magnifique. Dis-je d'une voix rauque.

Je souriais doucement. Elle s'était faite belle pour moi, ce bel ange. J'eus une pensée peu catholique en même temps très sincère en réalisant qu'elle devait avoir drôlement froid avec une tenue aussi courte et légère. A mon grand plaisir, à ne pas en douter !

- Sur ce. Allons dîner.

Je l'a conduisis donc à l'intérieur du restaurant, ne quittant pas des yeux la chevelure dorée de ma tendre complice. Toute l'angoisse que j'avais accumulé ces derniers jours semblait du vent comparé à cet instant. Je nous trouva un coin tranquille au fond du restaurant, ou nous pouvions tout de même voir le ciel étoilé. Je tirais la chaise pour qu'elle prenne place, en parfait gentleman. Je m'assis à mon tour, ravis. Je plongeai mon regard dans le sien et lâchai dans un souffle :

- Je t'avoue, j'ai crû que tu ne viendrais jamais.

_________________
Toi, ton don me plait. Viens voir Dr.Black, c'est un ordre !







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Diana Luyen
Fais de moi ton maître, et donne-moi ton don !

Messages : 425
Date d'inscription : 04/02/2012
Localisation : Dans le Centre --'

Feuille de personnage
Eelut : Gerbay (un Tamia Rayé)
Âge du personnage : 23 ans
Section:

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Sam 28 Juil - 5:48


- Bonsoir, Diana. Tu.. Tu es magnifique.

Je m'efforce de sourire et de prendre le bras qu'il me présente. Tout ça ne me rassure pas tellement ; non pas que je regrette d'être venu, mais le stress, lui, est toujours présent. Je crois même que c'est pire. Allons Diana, ça ira mieux après. Profites-en, ce n'est pas donné à tout le monde de dîner avec un Scientifique comme Léandre. Surtout si Gerbay s'obstine à lui vouer une haine sans faille. C'est déjà exceptionnel qu'il nous ait laissé seuls...
J'expire discrètement pour me calmer et nous entrons dans le restaurant. Aussitôt, l'odeur de la nourriture bien cuite et bien cuisiné me saute aux narines. Je commence à avoir faim, justement. La chaleur produite par les cuisines et les gens me réchauffe, et je me sens tout de suite mieux. Je ne m'étais pas rendue compte qu'il faisait si froid dehors, en sortant de ma chambre.
Je ne reconnais aucune personne attablée et c'est tant mieux : je ne tiens pas à ce qu'ils me voient avec un Scientifique. Pour la sécurité de notre projet je veux dire.
Léandre m'entraine jusqu'à une table isolée, près de la fenêtre. Il tire ma chaise et je m'assois aussitôt.
Sur la table est tendue une nappe noir contrastant avec les assiettes blanches et les petites décorations tout aussi incolores – j'ai donc bien choisi ma robe – ; les couverts sont en argent, et nous avons des flutes pour verres. Je me doute qu'on ne va pas se tenir à seulement de l'eau. En espérant que Léandre n'est pas un fanatique des boissons, parce que ce n'est pas du tout mon cas. Enfin, je doute qu'il soit ivre dès notre premier dîner.

Étonnamment, son aveu ne me surprend pas. Je n'ai pas vraiment eu peur qu'il me pose un lapin, puisque c'est lui qui m'a invité, mais je peux comprendre que lui, aie ressenti cette crainte.

- Je suis à l'heure Léandre. Et je ne vois pas pourquoi je ne serais pas venue, dis-je d'une voix un peu tendue. J'espère qu'il ne l'a pas remarqué, parce que j'ai cru discerné de la froideur dans mes mots. Ce n'était pas du tout mon intention.

Je fais comme si ce rendez-vous n'était que professionnel, alors que je sais très bien que, pour moi en tout cas, ça ne l'est pas. Les mots me restent en travers de la bouche et je les oublie aussitôt.
Il a mis un costard. Pourquoi l'aurait-il fait s'il voulait juste discuter de nos test ? Et ce n'est pas vraiment le bon endroit pour parler de ça. Néanmoins, n'ayant rien d'autre qui me vienne à l'esprit, je dis :

- Alors Léandre, quand commençons-nous les tests ?

La table est isolée, les autres sont à bonne distance, personne ne pourra nous entendre. Et quand bien même ces mots parviendraient à l'oreille de quelqu'un, qui penserait que nous comptions renverser les dirigeants et nous octroyer le pouvoir ? Il faudrait savoir lire dans les pensées pour ça et je n'hésiterais pas à faire changer d'avis celui ou celle qui nous espionnerait. Comme avec Avril. Cette petite lycéenne s'entêtait à garder ses idées et à ne pas les changer, même sous la torture. Savait-elle que c'était dangereux ? Visiblement, non, mais au moins ça nous fera une bonne diversion, à Léandre et moi.
Avant, je ne saisissais pas ce qu'elle disait du Centre. Maintenant, j'ai bien compris et même mieux qu'elle. La vie ne sera plus la même lorsque le Scientifique et la Voleuse aurons mené à bien leur projet.

Je pose mes coudes sur la table et mon menton sur mes mains liées. Je suis toute ouïe Léandre.

Dehors, le soleil commence à se coucher : le ciel est devenu orange et rose et c'est à peine si on voit l'astre au milieu de tous les bâtiments de la ville. C'est tout de même beau. J'imagine que lorsque je jetterais un second coup d’œil, plus tard dans la soirée tellement j'ai été absorbée par notre conversation, il fera nuit et les étoiles brilleront. Je crois que c'est la première fois depuis une éternité que je n'ai pas vu un couché de soleil, même au travers de la vitre d'un restaurant.

_________________
    ancienne administratrice à la retraite ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebazzartdeween.tumblr.com/
avatar


Léandre Black
Imperfection au masculin

Messages : 197
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23
Localisation : Derrière une séringue

Feuille de personnage
Eelut : Never too
Âge du personnage : 26 ans
Section: Sans pouvoir

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Ven 10 Aoû - 9:01

Je la sentais angoisser peu à peu. Ses muscles étaient tendus et j'avais la curieuse impression qu'elle évitait mon regard. Je me sentis infiniment mieux en le réalisant. Je m'étais peut-être fais de fausse idée sur elle. Elle n'était pas une croqueuse d'homme, mais une jeune femme aussi craintive et intimidée que moi. J'étais plus rassuré en le comprenant et je n'avais plus qu'une envie, que nous commencions notre soirée. Ce tête à tête romantique qui semblait plus compliqué que n'importe quel calcul de mathématique me semblait plus surmontable même si je me posais encore beaucoup de question sur la suite des évènements. Je me demandais aussi ce qui se passait dans la jolie tête blonde de Diana et à quoi elle pouvait bien penser. Le pouvoir d'entrer dans les pensées me semblaient une très bonne idée de capacité à tester lors de notre prochain cours particulier. Je pourrais la comprendre et comprendre tout les autres, réaliser qui était mon allié et qui était mon ennemi pour ainsi mieux manipuler. Je secouais discrètement la tête, ne voulant pas confondre romantique et conquête.

Une fois assis confortablement, je jetai un bref regard au dehors. La nuit tombait doucement. Quelques étoiles parsemaient le ciel orangé, les nuages étaient d'un rose vif et au loin on voyait un bout de bleutée, rappel que le soir allait faire son entrée. Une vraie œuvre d'art, crée par la nature. Si je l'appréciait largement, je ne pouvait m'empêcher de trouver ça affreusement romantique et j'espérais que la demoiselle en face de moi en serrait charmer. La plupart des femmes aiment bien ses machins-là. J'aurais vraiment dû acheter des fleurs... Soudain, la froideur des mots de Diana me coupa le souffle. Je fus plus que surpris et je ne savais pas trop quoi lui répondre. Il y avait mille raisons pour lequel elle n'aurait jamais enfilé cette robe et s'être aventuré jusqu'au restaurant. J'étais scientifique et elle élève. J'étais sans pouvoir et elle possédait un don. J'étais la main avec le bistouri qui pouvait la découper pour mieux comprendre son don. J'étais tout ce qui pouvait l'effrayer et je pouvais la mettre plus bas que terre malgré que nous étions alliés. Voilà pourquoi j'avais peur. J'aurais voulu dire tout ceci à voix haute mais je me contentais d'un simple et pathétique :

- On ne sait jamais, Diana.

Je déserre légèrement ma cravate, ayant la curieuse impression d'étouffer -l'appréhension sans doute, alors qu'elle continuait son étrange comportement. Elle ne réagissait pas du tout comme une lady invitée à dîné. Elle était plutôt comme un chat sauvage, toujours sur ses gardes. Croyait-elle vraiment que j'avais envie de parler boulot avec elle ? Aurais-je perdu mon temps à aller la chercher au Centre, à m'habiller d'un beau costume et conduit dans cette excellent restaurant ? Pas le moins du monde ! Je me serrais contenter de nos cours habituels et rien de plus. Pourquoi pensait-t-elle ainsi, je me le demandais bien. Je soupirais gravement et plongeait mes deux iris semblables à des soleils dans ceux orageux de la belle.

- Très bientôt, surement la semaine prochaine. J'ai déjà choisis quelques... « candidats ».

Je faisais attention à mes mots malgré que nous étions loin du Centre. Les murs et tous les clients de ce restaurant avaient des oreilles. Nouvelle raison pour laquelle jamais je ne l'aurais conduit ici pour parler de notre projet. Je glissai doucement ma main sur sa joue, frôlant délicatement ses pommettes. De mes doigts, je caressais un instant ses lèvres avant de les replacer sagement autour de mon verre. Je ne voulait pas la brusquer d'avantage.

- … mais je ne t'ai pas invité pour ça, Diana. Je te l'ai déjà dis. Ma demande n'a rien de professionnelle. Je veux plus, beaucoup plus. Je craignais que tu ne viennes pas justement à cause de tout ce professionnalisme.

Je lui souris doucement.

- Je ne te demande pas d'accepter quoi que ce soit, toutefois. Tout ce que je veux, c'est que nous passions une bonne soirée. Alors, profitons, s'il te plait.

Je pris alors mon menu qu'un serveur venait de nous laisser et commençais à le lire. Je choisis rapidement mon repas : une simple salade puis un curry de légume. Je jetais un nouveau coup d'oeil à Diana et avec un nouveau sourire sur le visage je lui demandais si elle était plutôt vin rouge ou vin blanc. Un bon repas mais sans vin était du gâchis.

_________________
Toi, ton don me plait. Viens voir Dr.Black, c'est un ordre !







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Diana Luyen
Fais de moi ton maître, et donne-moi ton don !

Messages : 425
Date d'inscription : 04/02/2012
Localisation : Dans le Centre --'

Feuille de personnage
Eelut : Gerbay (un Tamia Rayé)
Âge du personnage : 23 ans
Section:

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Jeu 23 Aoû - 1:29





La situation est clairement en train de m'échapper. Allons Diana, tu n'as peut-être pas l'habitude des dîners seule à seul avec un homme, mais ce n'est pas une raison pour te faire du mouron comme ça. Tu connais Léandre maintenant. Et il... Heum, heureusement que Gerbay n'est pas là pour voir ça. Il serait certainement furieux que les tests commencent aussi rapidement. J'avoue que ça fait un peu peur, je ne sais même pas comment Léandre va s'y prendre. Et ce qu'il veut dire par « candidats ».
Soudain, j'arrête de penser.
Sa main sur ma joue. Sa main sur mes lèvres. J'en reste pétrifié, je continue de regarder ses yeux ambrés. Je n'en ai jamais vu de pareils auparavant. A ma connaissance, les pupilles sont soit vertes, bleues ou marrons. Ou vairons, ou encore perses. Mais ambré... C'est magnifique.
C'est comme si le temps s'arrêtait. Sa main sur ma joue. Puis sa main sur mes lèvres. Ça ne dure qu'un instant, qu'une seconde. Ce n'est qu'un effleurement, il m'a à peine touché, je l'ai à peine senti. Et pourtant, j'ai envie de me laisser aller dans ses bras, d'appuyer ma joue contre sa paume et de sentir sa caresse encore et encore. Je n'entends plus rien, je n'ai plus froid, je n'ai plus faim, juste envie d...

- Vin rouge ou vin blanc ?

Euh...
Sa voix me réveille et je me ressaisis. Mon regard balait le sol pendant un quart de seconde avant que je ne redresse la tête, pour qu'il ne le remarque pas. Il est déjà parti ; enfin sa main. Retourné à son verre vide, au menu, au dîner. Au moins il a souri.

Je suis carrément incapable de lui répondre. Je ne connais même pas la différence entre le vin blanc et le vin rouge - la couleur peut-être ?. Léandre a l'air de s'y connaître plus que moi.

- Euh... Celui que tu préfères, je réponds.

Comptait-il vraiment sur moi pour choisir ?
Je comprends enfin ses paroles, que je n'avais pas entendu, que je n'avais pas voulu entendre à l'instant de sa caresse. Ce dîner n'est pas professionnel. Qu'est-il alors ? Idiote Diana. Je le sais très bien, mais il faut croire que je suis capable de faire la sourde oreille quand je le veux.

Je préfère ne pas avouer à Léandre que je n'ai jamais bu une goutte d'alcool. Ce sera une première et même si je doute que le Centre soit tout à fait d'accord avec cette perspective... eh bien tant pis. Je profiterais de cette soirée comme il se doit. Je vais passer une bonne soirée, comme dit Léandre.
Je repporte mon attention sur le menu, apposé sur le set de table et fais mon choix.

Le serveur s'approche, carnet et stylo à la main. Vêtu d'une chemise et d'un pantalon noir, il ne doit pas avoir plus de 20 ans. Clairement, s'il est là, c'est pour se faire de l'argent. Je n'ai jamais vraiment eu besoin de prendre des boulots pour me faire de l'argent ; le Centre m'aidait plus qu'il ne le faisait avec les autres.
Quand je pense à ma trahison (parce que c'en est une, je n'ai pas d'autre mot), ça me blase. Mais ça a ses avantages, et j'ai mes raisons pour avoir fait tout ça. De toute façon, le Centre aurait fait pareil, un jour ou l'autre. Avril avait raison, ils se servent de nous, je m'en rends bien compte aujourd'hui. Néanmoins, j'ai besoin d'une couverture et je ne regrette rien.

Léandre m'indique de commander en première :

- Je vais prendre un carpaccio en entrée. Ainsi qu'un tartare de légume avec un émincé de canard en plat principal *, dis-je.

Le Scientifique enchaîne avec une salade et un curry de légumes. Le serveur gribouille tout ça sur son petit carnet, nous reprend les menus en disant que "ça arrive tout de suite" et il s’éclipse.
Un peu plus détendue, je regarde Léandre, en posant les coudes sur la table et en croisant les mains. Et je m'efforce de trouver un sujet qui n'ait pas de rapport avec notre projet.
fiche par century sex.




* = Merci Misaël Oswald pour tes idées de plats x)

_________________
    ancienne administratrice à la retraite ~


Dernière édition par Diana Luyen le Ven 2 Nov - 4:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebazzartdeween.tumblr.com/
avatar


Léandre Black
Imperfection au masculin

Messages : 197
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23
Localisation : Derrière une séringue

Feuille de personnage
Eelut : Never too
Âge du personnage : 26 ans
Section: Sans pouvoir

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Jeu 20 Sep - 7:47

J'étais un joueur, un séducteur. Je jouais de mes mots, de mes gestes pour faire tomber entre mes draps hommes et femmes qui combleront mes nuits. Alors pourquoi avec Diana c'était si compliqué ? Pourquoi me posais-je des questions aussi farfelus ? Pourquoi ne pas utiliser mes techniques habituelles pour que cette belle blonde m'ouvre son coeur et ses cuisses. Oh, elle me faisait vraiment de l'effet. Il y a peine cinq ans, jamais je ne me serais laisser charmer ainsi. Cependant, depuis que j'étais au Centre les choses avaient changé même si je faisais comme si cela n'était pas le cas. J'avais vu et appris beaucoup de chose sur l'ADN, l'être humain. J'ai rencontré de nombreux talents et je crois bien qu'il n'y a pas que la couleur de mes cheveux qui a changé. Je crois, que je me suis permis d'apprécier et détester les autres. Avant, qu'est-ce que j'en avais à foutre des autres ? Mon avenir prenait un tournant décisif et personne ne devait se mettre en travers de ma route. Il n'y a qu'a regarder où j'en suis aujourd'hui.. J'étais un grand scientifique - malgré ma jeunesse - reconnu par l'armée et le gouvernement et lorsque l'affaire des enfants génétiquement modifiés apparaitra aux yeux du monde, je serais considérer comme un génie. Oh, j'en frétillais d'impatience. Diana serait encore plus impressionnée par moi sans doute...

Ma caresse semblait la perturber mais j'en étais satisfais. Elle ne m'avait pas gifler ni jeté de regards outrés. Au contraire même, elle semblait totalement troublée et de légères rougeurs colorées ses joues délicates. J'étais satisfait de mon petit effet et je me permettais d'oser croire que ma chance de la séduire avoir grimpé d'au moins cinq à huit pour cent. C'était peu mais c'était suffisant pour l'instant pour me permettre désespérer. D'ailleurs, lorsque je lui demandais si elle préférais un vin blanc ou un rouge, elle semblait encore sur son nuage. De son côté, elle devait peut-être penser que je n'avais rien remarquer de son trouble. Cependant, j'étais le Docteur Blanc, c'était mon job de remarquer tout changement chez l'être humain. Elle me répondit vaguement que je pouvais choisir mon préféré. J'eus un large sourire et demanda prestement leur meilleur vin rouge. J'aimais les bonnes choses, sans doute grâce à la richesse de ma famille qui me permettais de tout acheter, de tout gouter.. Je glissais mes mains sous mon menton et de mes yeux ambré, j'observais avec amusement la voleuse alors qu'elle commandait. Je me demandais bien a quoi elle pouvait penser. C'était si compliqué parfois une femme. Je ne jetais qu'un bref regard au serveur, me contentant de regarder une seconde ses fesses avant de me décider avec passion de changer ma vilaine habitude. C'était Diana qui était prioritaire.

Un petit silence s'installe alors que notre commande se préparait. Je lui fis un clin d'oeil. Elle semblait être détendu et moi aussi je l'étais. Je crois que finalement, ce diner ne serrait pas aussi bordélique que je l'avais pensée.

- Parle moi de toi. Fis-je brusquement. J'ai bien ton dossier mais je préfère avoir ta version, c'est plus enrichissant. Peut-être te raconterais-je ma vie, si tu es sage.

Je ris légèrement.

- Ma vie n'est pas très glorieuse, mais j'ai bien réussi. Je ne serais pas au Centre sinon. Mais je te raconterais ça dans un instant. Vas-y, raconte moi tout. terminais-je d'une voix presque suppliante.

_________________
Toi, ton don me plait. Viens voir Dr.Black, c'est un ordre !







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Diana Luyen
Fais de moi ton maître, et donne-moi ton don !

Messages : 425
Date d'inscription : 04/02/2012
Localisation : Dans le Centre --'

Feuille de personnage
Eelut : Gerbay (un Tamia Rayé)
Âge du personnage : 23 ans
Section:

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Ven 5 Oct - 9:14

Léandre choisit du vin rouge. Je ne connaissais pas ; ce sera sûrement l'occasion de goûter. Alors que le serveur s'éloignait, le Scientifique me demandait de lui parler de moi. Raconter ma vie. Qu'avais-je à dire ? J'avais été abandonnée par mes parents biologiques mais recueilli et élevée par le Centre : des gens abominable - peut-être même m'avaient-ils enlevé, qui sait ? Vu sous cet angle, ma vie n'était pas très glorieuse non plus. Le positif, c'était que j'avais retrouvé un membre de ma famille : Lana. Devais-je en parler à Léandre ? Non, la question était : Pouvais-je lui en parler ? Pas seulement parce que je n'étais moi même pas censé être au courant, mais mentalement. La réaction de la petite, de ma sœur avait été un véritable coup dur, comme une gifle bien placée.

« Eh bien... J'ai toujours vécu au Centre. Depuis toute petite. Je m'entraine depuis que j'ai l'âge de m'entrainer, et... »

Et ?

« Et j'ai... » Ce n'était peut-être pas une bonne idée de lui en parler, ça pourrait plomber notre soirée - chose que je ne souhaitais absolument pas. D'un autre côté, j'avais besoin de me confier, j'en avais vraiment envie. Et si besoin était, je pourrais toujours rectifier le coup ; je savais y faire avec ces choses là non. « J'ai trouvé un parent. Dans le Centre. » Voilà, c'est dit. Et une fois lancée, je ne m'arrêtai plus. De toute manière je savais que, d'une façon ou d'une autre, ça intéresserait Léandre. « Tu te souviens, cette fillette à laquelle je pensais la dernière fois ? Lana, c'est ma demi-sœur. »

Ce qui devait être un résumé de ma vie était en train de devenir tout un sujet de discussion. Parce que peu importe ce qui allait le plus étonné le Scientifique dans cette histoire, j'étais bien décidée à parler.

« En me débrouillant discrètement, j'ai réussi à obtenir un échantillon de mon sang et de celui de Lana. J'ai comparé, fais des tests d'ADN, la totale et plusieurs fois pour finalement en venir à la conclusion que oui, Lana est bien ma demi-sœur comme il était écrit dans son dossier. »

J'aurais aussi bien pu demander à Léandre de le faire pour moi. Mais je voulais être sûre, voir de mes propres yeux les résultats. Non pas parce que je ne faisais pas confiance à Léandre ou quoique ce soit de ce genre, bien sûr que non, c'était tout le contraire. C'était juste que je ne voulais pas le mêler à cette histoire. Pas à ce moment-là, quand Lana ne le savait pas, quand elle m'appréciait encore. Autant voir les choses en face et ne pas se leurrer : elle avait très mal pris le fait qu'on soit demi-sœurs, au début en tout cas. Et ça pouvait se comprendre, peut-être qu'elle n'avait pas bien compris la définition du terme, aussi. Léandre, par contre, semblait avoir très bien compris maintenant.

_________________
    ancienne administratrice à la retraite ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebazzartdeween.tumblr.com/
avatar


Léandre Black
Imperfection au masculin

Messages : 197
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23
Localisation : Derrière une séringue

Feuille de personnage
Eelut : Never too
Âge du personnage : 26 ans
Section: Sans pouvoir

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Jeu 11 Oct - 7:53

Parle le moi de toi. Un dossier pouvait être si fade. Je l'avais lu de nombreuse fois mais je n'avais pas ressenti ce petite quelque chose, cette saveur, cette émotion propre à Diana. Je voulais l'entendre. Qu'elle me dise ses ressentis, ses peurs, ses joies, ses envies... Je voulais savoir comment elle était devenue tout simplement elle. Je voulais comprendre comment elle avait pu devenir cette manipulatrice envers les autres, cette voleuse de don et de cœur. Elle ouvrit la bouche et je me sentis transporté. Ca, c'était de l'émotion. Elle parlait avec toute son âme. Elle me racontais qu'elle avait toujours vécu au Centre. Oh, n'avait-elle donc jamais vu les vrais prairies ? Les monuments, les Hommes du monde.. je trouvais ça triste. Pourtant, quand il s'agissait des autres élèves, je m'en foutais complètement. Elle me rendait différent. Et ça me crevait. Voilà pourquoi je ne voulais pas aimer et être aimer, on changeait malgré nous. On avait d'autre moral, d'autre pensée, notre esprit se concentrait mal, on devenait plus enclin au sacrifice.. Sacrifice, mon dieu.. Je me rendais compte que je commençais à aimer cette femme à en mourir. Quel horreur. Quel merveille.

Elle me parla d'une petite fille. Une inconnue pour moi. Son nom ne me disait rien. Une inconnue parmi tous les élèves que j'avais pu m'occuper. Sa demi-soeur... comment est-ce possible ? Je ne me souvenais pas d'avoir vu une chose pareille dans son dossier. Faudra que je le mette à jour. Je sortais de mes pensées alors qu'elle terminait son discours. Je sentais une émotion, une tristesse, une angoisse surtout. De quoi avait-elle peur ? Elle pouvait me faire confiance.

- Une demie-soeur... je n'ai pas vu ceci dans ton dossier et crois moi que je l'ai lu de nombreuses fois.. D'habitude, le centre évite que plusieurs membres d'une famille se retrouve dans le Centre... le père de la gamine est.. scientifique ?

Millequestions traversées mon esprit.

- Moi, je suis ici depuis que j'ai 21 ans. Je n'ai pas vu ma famille depuis et je ne m'en porte pas plus mal. Je suis fils unique, et je suis brillant, ça leur à suffis. Ils ont pas chercher à en connaître plus sur la chair de leur chair. Si j'aimais si, ou ça.. Ils ne savent même pas que je suis bi.

Elle l'ignorais également et j'espérais que Diana soit ouverte d'esprit.

- Je suis l'un des plus jeunes scientifiques du Centre. Je suis très doué, je le sais. L'État a refusé que je fasse quelques expériences sur les gosses, handicapé ou non. C'était pas « étique ». Mon projet d'utiliser la.. hn.. faculté mental de certains malades n'a donc pas plus... Mais le centre m'a repéré, et je me suis retrouvé ici. En plus, c'est bien payé.

Je ris un peu.

Spoiler:
 

_________________
Toi, ton don me plait. Viens voir Dr.Black, c'est un ordre !







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Diana Luyen
Fais de moi ton maître, et donne-moi ton don !

Messages : 425
Date d'inscription : 04/02/2012
Localisation : Dans le Centre --'

Feuille de personnage
Eelut : Gerbay (un Tamia Rayé)
Âge du personnage : 23 ans
Section:

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Dim 14 Oct - 11:11

    « Non je ne crois pas. Ce n'était pas écrit dans le dossier. »

    Le père, notre père, était resté en dehors de tout ça. Il ne connaissait pas l'existence du Centre, il ne connaissait même pas mon existence à moi. Peut-être pensait-t-il que Lana était morte, en cet instant même.
    Mais la relation que Lana semblait entretenir avec ses parents était différente de celle entre Léandre et ses géniteurs. Chaque fois que Lana m'avait parlé d'eux, ils semblaient magnifiques. Au point de me transporter moi-même dans son petit monde, vu avec ses yeux d'enfant. Papa lui apprenait des tas de choses, à elle et Jo', son frère adoré, pendant que Maman préparait de délicieux cookies. Et à chaque fois que je me figurais cette scène, je ne pouvais m'empêcher de me demander : Pourquoi ? Ce père, qui avait l'air si attentif à ses enfants, n'en avait pas fait de même avec moi ? J'étais sa fille, c'était un fait. Mais je n'avais pas les explications et ça me rongeait.
    Alors que, de l'autre côté, Léandre ne semblait pas entretenir une si bonne relation avec ses parents. Ils n'avaient pas l'air de beaucoup s'aimer. Ils ne se voyaient plus, ne se donnaient plus de nouvelles. C'était à peine s'ils se connaissaient. Je savais déjà tout ceci par, simplement, quelques paroles.
    Un mot m'interpella. « Bi. » Avais-je bien compris ? Mais puisque Léandre continuait, je n'y fis pas plus attention. À la fin de son discours, tout ce que j'avais envie de dire c'était Wawh. Le Centre vu d'une autre manière, par un Scientifique, c'était tout autre chose. Pour les élèves, Avril par exemple, c'était un endroit horrible où ils resteront confinés on ne savait combien de temps. Pour Léandre, c'était juste... son travail. Ce qui lui donnait sa paye. Je ne pouvais pas lui en vouloir, ce n'était pas de sa faute si une telle chose existait et pourtant... pourtant je ne pouvais m'empêcher de me dire que c'était injuste. Et qu'il y participait, à tout ce mouvement. Personne n'avait rien demandé. Ni moi, ni Lana, ni Avril. Et nous étions utilisés, comme ça. D'un autre côté, c'était complètement contraire à notre projet. Ne devions-nous pas voler les dons pour nous les approprier et.. régner sur le Centre ? Si, bien sûr que si. Or, si nous réussissions, nous pourrions toujours libérer les dominés et condamner les dominateurs. Pas trop méchamment, histoire de ne pas s'abaisser à leurs bassesses, mais assez cependant pour les marquer comme on marque le bétail au fer rouge.
    Je me dis aussi que, si l’État a refusé que Léandre fasse des expériences sur les enfants, normaux ou non, c'est une chance pour eux. Enfin, plus pour ceux d'Intensive Training, du coup.

    « Oui, une bonne carrière, en somme. »

    Ma voix était un peu sèche, je ne pus la retenir. Heureusement, les plats arrivèrent et me sauvèrent de cette petite misère.

    « Bon appétit ! » ajoutai-je d'une voix plus enjouée.

_________________
    ancienne administratrice à la retraite ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebazzartdeween.tumblr.com/
avatar


Léandre Black
Imperfection au masculin

Messages : 197
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23
Localisation : Derrière une séringue

Feuille de personnage
Eelut : Never too
Âge du personnage : 26 ans
Section: Sans pouvoir

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Ven 26 Oct - 8:56

Je me souvenais très nettement de mon enfance et je ne considérais pas que j'avais pu être malheureux durant tout le temps où j'avais vécu sous la charge de mes parents. Je savais ce que j'avais à faire. Je devais réussir, construire un avenir d'excellence et réaliser mon rêve. Papa et maman m'avaient fournis argents et inscriptions dans des écoles prestigieuses ainsi qu'un nom plus ou moins célèbre (la célèbre avocate Black était ma mère, mon père -directeur d'un grand hôtel, puis de plusieurs grâce à la fortune de son épouse - avait pris son nom après leur mariage). Je devais être digne d'eux. Cependant, je ne comptais pas avoir un tel avenir parce qu'ils me l'avaient imposer, mais parce que je le voulais.

Très vite, je compris que je n'étais pas fais pour le droit, encore moins pour le commerce. Ce qui m'intéressait était la science, les gènes, l'être humain dans toute sa complexité. Je voulais tout connaître des Hommes, pouvoir même manipuler son être profond. Lorsque je découvris par le fruit de certains recherches, que certains malades mentales avaient des facultés hors normes ou du moins le décrivaient comme tel, je n'avais qu'une envie : bénéficier d'un de ses dons. Être télépathe, sans être Schizophrène. Cela me semblait sur le coup impossible. J'étais comme Alexandre le Grand qui sans épée tenterait de dénouer le nœud gordien. Les années passèrent et je rencontra un groupe d'adolescent aussi adepte que moi de la génétique. Nous travaillons rapidement ensemble et très vite nous nous donnèrent un nom : les Humains Génétiquement Hors Normes (ou HGHN.) Avec le recul, je me rend bien compte que cela faisait un peu pompeux mais le but était là. Bien sûr, notre peu d'expérience en la matière n'aidait en rien notre demande plus que farfelus d'utiliser les malades à notre profil. Ce fus un refus et alors que j'avais tout juste vingt et un an, je ne pensais pas à ce qu'un jour je puisse réaliser mon rêve. Et le Centre vient a moi. Qui aurait pu refuser leur formidable offre ? Être scientifique du Centre. Mon premier job, et bien payé en plus !

Diana me jeta un regard plein d'incompréhension et sa réponse un peu sèche me fit comprendre tout de suite que j'avais utiliser la mauvaise méthode. Je baissais les yeux sur mon repas, un peu mal à l'aise. Je n'ai jamais eu honte de ce que j'avais pu faire dans ma vie. M'occuper des enfants soldats ne m'avait jamais poser problème, je peux même dire que j'étais fier de participer à un tel projet. Toutefois, face à la femme qui se tenait face à moi et qui n'avait pas le même avis que moi sur le sujet, je me sentais quelque peu coupable. J'avais l'intime conviction qu'elle ne pouvait pas comprendre la fascination presque morbide que j'avais pour le sang si étrange et complexe de ces gosses. Je me réveillais de ma torpeur lorsqu'elle lança un joyeux mais non bref : bon appétit !

Je lui répondis de même mais avec ma langue d'origine. Je piquais dans ma laitue, mangeant la verdure dans un petit gémissement. Le chef avait un don pour les sauces, l'équilibrant avec finesse aux plats. Je ne venais pas souvent à La Rosace mais je ne pouvais m'empêcher de remarquer ce léger détail, ma langue y était très sensible. Tandis que j'appréciais mon repas à sa juste valeur, je pus remarquer que notre petit couple se trouvait un peu à l'écart de tous. Tant mieux. Cela nous donnait un peu plus d'intimité.

- Diana, tu aimerais voyager ? Je veux dire... Je suis français, et j'ai pu aller en Italie et en Norvège au cours de mes études... Toi, tu es depuis toujours au Centre et quand il sera enfin a nous... j'aimerais de faire voir le monde. Est-ce que tu accepterais ? Demandais-je innocement.

Je terminais sagement ma salade, me sentant plus maître de la situation. Il ne fallait pas que je l'a laisse dominer ainsi nos conversations. Je parlais volontairement bas au sujet du Centre mais la question était véritable.

- Nous avons toujours parler de notre but final mais... que voudrais-tu faire après ça ? Nous pourrions très bien rendre aux gosses une vie normale en leur retirant leur pouvoir mais je ne suis pas franchement pour mais si c'est leur souhait... Je tuerais qui tu veux pour avoir un pouvoir, moi. Si tu savais.. c'est un de mes rêves.. je trouve parfois ma vie fade. (léger silence puis je dis d'une voix plus ferme: ) Bien sûr, nous pourrions très bien rendre l'affaire des enfants soldats publiques. Il y aurait une justice mais je serais considéré comme coupable. J'avais plutôt dans l'idée de rendre les choses plus agréable pour les enfants, plus.. légale surtout. Avec des autorisations par exemple. Pour ce qui est de ma pomme, j'aimerais pouvoir partir un peu du Centre quelques temps, mais je n'aimerais pas être seul...

Qu'il était triste de se rendre compte que notre seul véritable point commun était le Centre. Je voulais m'éloigner du sujet du « boulot » en parlant de voyages mais finalement, je tombais involontairement dans les griffes de notre unique point d'attache. C'était désolant.

_________________
Toi, ton don me plait. Viens voir Dr.Black, c'est un ordre !







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Diana Luyen
Fais de moi ton maître, et donne-moi ton don !

Messages : 425
Date d'inscription : 04/02/2012
Localisation : Dans le Centre --'

Feuille de personnage
Eelut : Gerbay (un Tamia Rayé)
Âge du personnage : 23 ans
Section:

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Ven 2 Nov - 4:15

    Léandre se mit à parler dans une autre langue. Il me semblait que c'était du français ; je ne le parlais pas - malheureusement - mais je connaissais tout de même quelques mots. Alors il était bilingue ? Trilingue, peut-être ? Il y vint ; il était Français. Ah bon. Black était un nom de famille anglais pourtant, tout comme moi je l'étais d'origine.
    Léandre vit juste ; j'étais au Centre depuis toujours, c'était vrai et voyager serait un excellent moyen de... changer d'air, de découvrir le monde. Je ne savais pas comment c'était dehors et ça ne m'avait jamais beaucoup attiré, pas aujourd'hui du moins ; j'avais surtout pensé à ça lorsque j'étais plus jeune. Et puis, d'autres problèmes avaient attiré mon attention. Mais Léandre avait raison et sur toute la ligne, à croire qu'il avait déjà réfléchi à la question. Si l'on rendait l'affaire des EUGSM publique, personne ne s'en sortirait, pas moi plus que lui. Lui serait accusé, moi je serais... traitée spécialement, jugée ou séquestrée, que savais-je. Il faudrait tout expliquer, pourquoi on était là, pourquoi on avait fait ça... Ce qui était purement impossible. Mais est-ce que retirer les pouvoirs des enfants serait une bonne chose ? À première vue, oui. Mais au final, peut-être que non. Ils n'avaient plus de familles psychologiquement ; ces dernières avaient dû se faire à l'idée d'une disparition, comment réagiraient-elles si elles voyaient leurs enfants revenir après des années et des années de vide ? Ce qui faisait souffrir ces derniers, était la manière dont ils étaient traités. Mais au bout du compte, je ne croyais pas que j'apprécierais si tout changeait. Je ne voulais pas rencontrer mes parents biologiques, je ne les connaissais pas et ils n'avaient pas voulu de moi, à quoi bon.

    - Voyager me ferait très plaisir Léandre. Quant aux enfants, il faudrait... empêcher que de telles choses se reproduisent.

    Oui, voilà c'était ça. En quelques sortes, garder le Centre pour les enfants qui y étaient habitués et qui voulaient y rester ; libérer et laisser les autres enfants du monde tranquilles. Un jour, les derniers ne seront plus et l'histoire sera close. Peut-être ferais-je partie des derniers.

    - Après ? ... Je ne sais pas.

    Je n'y avais jamais pensé, pour ce coup. Ni quand j'étais plus jeune, ni maintenant, jamais. Avant, un avenir en dehors du Centre était inimaginable ; je pensais vivre à l'intérieur du Centre jusqu'à la fin de ma vie, rien de plus. Aujourd'hui, si notre projet réussissait... Non, je ne savais pas du tout. Peut-être que voyager et découvrir le monde extérieur serait un bon début ; il y avait tant de choses que je ne connaissais pas, je m'en rendais compte maintenant. Le Centre avait beau m'avoir appris beaucoup de choses, telles que l'art du combat, il en avait laissé beaucoup de côté. L'astronomie. La politique. L'Histoire.
    Je roulai une fine tranche de carpaccio avec ma fourchette, la mangeai et ajoutai :

    - Tu as raison. (Je baissai la voix.) Sortir d'ici est une bonne idée, il y a tellement de choses qu'il faut que je voie...

    Je ne savais pas exactement quoi, mais je le sentais. Je le voyais dans les yeux de Léandre, qui avait connu le monde extérieur. Comment était-ce ? Qu'est-ce qu'il y avait là-bas ? À mon tour je le questionnai sur ce sujet.

    - Tu es français donc tu as habité en France ? Comment c'était ? Parle moi de ce pays. Ou de l'Italie ou de la Norvège, peu importe.

    On disait qu'en France, les artisans fabriquaient le meilleur pain et le meilleur fromage qui puisse exister. La Norvège était dans le Nord, il y faisait donc froid. Quant à l'Italie... elle possédait des monuments magnifiques dont je ne saurais citer les noms ; les livres du Centre ne m'en disant pas d'avantage. C'était tout ce que je savais mais j'étais persuadé qu'il y avait bien plus à apprendre sur ces grands pays.

_________________
    ancienne administratrice à la retraite ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebazzartdeween.tumblr.com/
avatar


Léandre Black
Imperfection au masculin

Messages : 197
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23
Localisation : Derrière une séringue

Feuille de personnage
Eelut : Never too
Âge du personnage : 26 ans
Section: Sans pouvoir

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Dim 23 Déc - 9:35

En réalité, les Black venait effectivement d'Amérique, de Boston plus exactement. Il y a deux ou trois génération de cela, ils s'étaient installés en France pour ne plus repartir. J'en ignorais la raison. Pour être honnête, je me fichais pas mal du passé de ma famille. Tout ce qui comptait était ma personne et ce que je pouvais faire de ma vie. On pouvait très bien me traiter d'égoïste, je prenais cela comme un compliment. Je me fichais bien des autres. Je n'étais pas du genre à donner sans penser à recevoir, oh non... Si je devais être utile à une personne, elle devait l'être tout autant pour moi. Un échange de bon compromis en somme. Si Diana pouvait changer la donne ? Je n'en savais rien mais je ne l'espérais pas. C'était que je craignais d'ailleurs. L'amour, ce n'était qu'une putain de faiblesse. Elle changeait bien des hommes en tourmentant leur coeur ; et des femmes aussi. Je ne voulais pas que cela m'arrive et pourtant, il semblerait que cela devienne bientôt mon cas, sinon je ne serais pas là.

Ma belle blonde confirma mes propos. Elle voulait voyager. J'avais touché juste. Être enfermer toute sa vie, cela donnait envie de voir le monde. Enfin, je supposais même si cela ne m'étonnait même pas. Beaucoup des psychologues du Centre avaient noté cette envie chez les enfants. Ils faisaient même des rêves où ils se transformaient en oiseau, survolant ainsi les continents ; où ils prenaient le bateau pour ne jamais revenir ; où simplement qu'ils s'imaginaient devant des monuments historiques. Ma belle tour de fer me manquait d'ailleurs. Je lui montrerai à Diana, je suis certaine qu'elle l'adorerait. Elle me dit aussi qu'elle voudrait que l'on empêche dans le futur des actions telles que celles du Centre de voir (ou revoir) le jour. Elle ne voulait pas que cela se reproduise.

Je terminai doucement mon repas alors qu'elle parlait. J'aimais la façon qu'elle avait de prononcer les ''s'', elle les laissait passer sur sa langue avec une infini douceur ce qui n'empêchait pas ces mots d'avoir de la force. J'essuyai doucement ma bouche, en parfait dandy.

- Je te ferais voir beaucoup de chose, je te le promet.

Pour être honnête, j'ignorai si je tiendrais cette promesse, si j'en aurais envie, ou l'occasion. Toutefois, je voulais qu'elle le croit. Sa question me fit un peu rire. Je comprenais parfaitement ça curiosité et j'acceptai avec plaisir d'y répondre.

- Effectivement, j'ai bien vécu en France. Je ne sais que de dire sur ce pays. Hn.. Nous avons la Tour Eiffel, tout de fer. Elle est immense. Pour ma part, j'habite plutôt le sud. J'ai la campagne, les champs de tournesol et de lavande -j'adore la lavande. Les gens sont.. très pressés, autant dans la capitale que dans le reste de la France.

Je remarquai que je faisais de grands gestes en parlant et je m'arrêta aussitôt. Mon pays me manquait, et cela se sentait.

- Liberté, égalité, fraternité.. c'est notre devise. Même si chacun à sa propre vision de l'égalité. Tu sais, je n'ai pas voyager souvent. J'ai été très pris par mes études. Toutefois, j'ai vu l'égypte.

Et je recommençai un long discours, me laissant porter par l'émotion. C'était si simple de parler de ça, sans réfléchir. Il n'y avait aucun risque à parler de quelques bouts de pyramides.

- ...Les pyramides, sanctuaires des rois et des reines passés.. Elles sont immenses et quand tu te retrouves près d'elles, tu te sens infiniment petit. L'intérieur est un sombre labyrinthe et pas toutes sont ouverts aux touristes. La face des Rois sont peintes sur la pierre, certaines dégradés par le temps ou les voleurs. A l'époque, on croyait énormément à l'âme et à une autre vie. Les voleurs abîmaient donc les yeux des peintures, de peur de la vengeance royale. Je n'ai jamais connu endroit plus merveilleux que l’Égypte !

Je continuai encore un peu puis terminai, légèrement essoufflé.

- Mais..tu découvriras tout ça de toi même.

Et je souris.

_________________
Toi, ton don me plait. Viens voir Dr.Black, c'est un ordre !







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Diana Luyen
Fais de moi ton maître, et donne-moi ton don !

Messages : 425
Date d'inscription : 04/02/2012
Localisation : Dans le Centre --'

Feuille de personnage
Eelut : Gerbay (un Tamia Rayé)
Âge du personnage : 23 ans
Section:

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Sam 5 Jan - 23:55

Au fur et à mesure de ma relation avec Léandre Black, je me rendais compte de tout ce que j'avais pu manquer, enfermée dans le Centre. C'était comme s'il m'avait ouvert les yeux, en l'espace de quelques semaines. Moi qui, avant, ne pensait qu'à m'entrainer, encore et encore, rendant quelques services au Centre. Voilà qu'il me déconcentrait et me faisait découvrir des choses que je n'avais jusqu'alors jamais soupçonnées. De même que Léandre, les propos d'Avril me restaient en tête et je me rendais de plus en plus compte qu'il y avait une part de vérité dans ce qu'elle m'avait dit... J'étais alors bloquée. D'une part, moi, Diana Luyen, depuis toujours au Centre. Qui sait, peut-être même née au Centre ; éduquée et entrainée par celui-ci. Même mon nom de famille venait d'un membre du Centre. Et d'autre part, moi, Diana Luyen, devant tout ce que j'avais pu manquer. Et ce à cause de l'emprise d'Intensive Training sur moi. Je n'avais pas de vraie famille, pas de chez-moi, aucun diplôme, aucun travail. Je n'étais jamais sortie en dehors des murs de l'enceinte ; et c'est à peine si les livres me montraient le monde extérieur. J'avais déjà 23 ans. Une subite envie de partir d'ici me prenait depuis que nous avions abordé le sujet des voyages. C'était bien entendu impossible. Alors j'incitais Léandre à parler, me raconter comment c'était, dehors. Et je voyageais, en quelques sortes, grâce à ses mots. Voir le monde devenait peu à peu un rêve commun. Lui voulait me le montrer, que je ressente ce qu'il ressentait. Moi je voulais me sentir libre, sans foi ni loi. Adieu Centre, adieu Scientifiques, adieu pouvoirs. Le seul que j’emmènerais avec moi était en ce moment-même en face de moi. Il me parlait de la France, je m'arrêtai de manger. Il me parlait de l’Égypte, je me plongeai dans ses yeux. Je voyais dans ses pupilles les champs de fleurs ; lavande, tournesol, coquelicots. Immenses, à perte de vue. Et aux alentours, personne. Une campagne déserte, gouvernée par la Nature parce que les hommes auront été trop pressés pour s'arrêter et admirer. Ce paysage laissait ensuite place à l'intérieur des pyramides. Sombres. La petite chandelle que je tenais éclairait à peine devant moi ; les murs étaient abimés, de vagues silhouettes se dessinaient sans que je sache exactement qui elles représentaient, à qui elles appartenaient. Sans que je comprenne pourquoi, cette obscurité me faisait froid dans le dos. Comme si j'étais à nouveau enfermée, plus durement cette fois, au fin fond d'un énorme labyrinthe, pour avoir osé sortir.

Je sortais de mes pensées et mon regard se posa sur ma main, refermée sur un poignet. Les veines emplies de sang se faisaient plus présentes sous la peau. Mes yeux remontèrent le long du corps auquel appartenait ce poignet, pour s'arrêter sur le visage. Les cheveux roses, des lunettes carrées. Une expression de douleur. Léandre. Je mis quelques secondes de plus à le lâcher et lorsqu'il fut libre, il sembla se décontracter d'un coup. Comment avais-je pu... Non ce n'était pas possible, je n'étais tout de même pas en train de lui prendre son pouvoir ? C'était impossible. Léandre n'en avait pas. Je me rendais alors compte de la souffrance par laquelle un être sans don devait passer, lorsque je me saisissais de lui. Je n'avais rien remarqué jusqu'à être sortie de mes rêves. Était-ce normal ? Serait-ce une part caché de mon don ?

– Je... Léandre, je suis désolée. Je ne me suis rendue compte de rien... Ça va ?

Question stupide. Comment lui expliquer, maintenant, que j'avais été comme hypnotisée ? Hypnotisée par ses mots, transportée par ses paroles. À tel point qu’inconsciemment, j'avais pris son poignet. Comme un geste instinctif, destiné à me protéger. Me protéger de quoi ? De Léandre ? Il ne me voulait pourtant pas de mal. Il semblait si... serein, paisible, rêveur lorsqu'il me parlait de ces pays. J'imaginais déjà Gerbay, annalisant chacun de ses faits et gestes, clamant qu'il me manipulait. C'était insensé. J'étais moi-même une manipulatrice, je savais encore reconnaître les illusionnistes. Et quand bien même j'avais eu un moment d'absence, à quoi cela servirait à Léandre ? Abaisser mes gardes, certes. Parler pour amener mon attention sur autre chose, peut-être. Mais ensuite ? Nous formions désormais une équipe – officieusement.
Je finis par me lever et, portant un regard effaré sur le Scientifique, me retournai et me dirigeai vers les toilettes. J'avais besoin d'une pause, seule.


_________________
    ancienne administratrice à la retraite ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebazzartdeween.tumblr.com/
avatar


Léandre Black
Imperfection au masculin

Messages : 197
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23
Localisation : Derrière une séringue

Feuille de personnage
Eelut : Never too
Âge du personnage : 26 ans
Section: Sans pouvoir

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Mar 22 Jan - 10:22

Elle semblait rêver. Ses yeux brillaient de mille paysages qu'elle s'inventait, encourager par mes paroles. Elle n'était pas en France, ni en Egypte. Elle était dans sa France et son Égypte, comme elle le ressentait. Elle ne me voyait plus vraiment, mais elle m'entendait et elle imaginait. J'étais fier de moi et de la réaction que j'avais pu provoqué chez Diana. Je contemplai ses yeux et continuai un flot de mots plus beaux les uns que les autres. Nous aurions pu être seuls dans ce restaurant, nous n'aurions vu aucune différence.

Ce sentiment d'intimité fut chasser par une forte pression sur mon poignet puis une douleur sourde qui m'immobilisai complètement et m'obligeai à clore les yeux. J'essayai de parler, de faire savoir ma souffrance mais j'en étais incapable. Tout mon corps était crispé, et j'en suai par l'effort. Je ne comprenai pas ce qu'il se passait, j'avais l'impression que l'on fouillait en moi, à l'intérieur même de mes veines, de mes cellules... Je forçai mes paupières à s'ouvrir et je découvris alors une Diana totalement paniquée. C'est là qu'elle me lâcha le poignet avec une certaine rudesse mélangé à de l'horreur. Mon corps se détendit aussitôt, se fut si brutal que ma tête me tourna un instant.

- Qu'est-ce que...

Je peinai à trouver mes mots. Je compris alors en voyant la reaction de la blonde que c'était elle qui en était l'origine. Cela me sauta aux yeux et je me suis souvenu brusquement par quel moyen ma voleuse retirait les pouvoirs de ses victimes. Elle avait voulu faire de même avec moi, c'était la seule explication logique ! Mon visage était figé par le choc et Diana me bredouilla des excuses avant de demander si ça allait. Je ne sus quoi lui répondre. Ça avait été si violent, si soudain ! C'est comme si mon être avait été violenté par une force inconnue. Je me demandai si l'effet était le même pour ceux ayant des pouvoirs où si ce ressenti n'appartenait qu'aux êtres comme moi. Malgré moi, je restai scientifique avant tout.

Diana se leva sans tarder et se dirigea d'un pas vif vers les toilettes. Pousser par un instinct inconnu, je la suivis juste avant qu'elle ne franchisse la porte et me saisis de son bras.

- Attend ! Fis-je.

Je la regardai avec insistance.

- J'ai eu peur, je te l'avoue. J'ai eu mal aussi. Maintenant, je suis fasciné. (Je fis une légère pause puis repris: ) Ton pouvoir se développe surement, ou alors, c'était une facette de ton pouvoir dont tu n'avais pas encore conscience...

Je lâchai son bras et souriais un peu, pour lui montrer que tout allait bien.

- ...Cela ne fait qu'approuver ma théorie sur ton pouvoir. Tu peux agir sur les êtres sans dons, et sans aucun doute leur en donner un. Nous sommes partenaire maintenant, sache le.

J'essayais de la convaincre que c'était le risque de notre alliance, de son pouvoir. Je me doutais qu'elle avait du avoir peur elle aussi mais je ne voulais pas que notre rendez-vous soit gâcher par cela.

- Retournons à table, s'il te plait. Lui intimais-je.

_________________
Toi, ton don me plait. Viens voir Dr.Black, c'est un ordre !







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Diana Luyen
Fais de moi ton maître, et donne-moi ton don !

Messages : 425
Date d'inscription : 04/02/2012
Localisation : Dans le Centre --'

Feuille de personnage
Eelut : Gerbay (un Tamia Rayé)
Âge du personnage : 23 ans
Section:

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Dim 10 Fév - 9:53

Je ne savais ce qui m'arrivait. La fatigue, la rêverie, que sais-je. Une subite envie de pleurer me prenait, mais aucune larme ne venait. Je ne m'étais même pas rendue compte de ce que je faisais, j'avais eu ce geste comme si c'était instinctif, alors que je n'avais aucune raison d'agir ainsi. J'avais vu la douleur sur le visage de Léandre, alors qu'une minute auparavant, peut-être moins, il me parlait encore de la France, de l’Égypte... Tant de pays que je ne pourrais jamais voir, si notre pacte était rompu. Et un tel geste mettait en danger notre collaboration. J'avais eu tout faux, j'aurais dû me contrôler, ne pas me laisser dépasser par les émotions. Et, pour la première fois depuis que mon pouvoir avait commencé à se développer en moi, je regrettais d'avoir tenté d'enlever un don à quelqu'un. Quelqu'un qui n'en avait pas, qui n'en avait jamais eu. Et qui, pourtant, rêvait d'en avoir. Était-ce vraiment une bonne idée ? J'en doutais. Cela ne pouvait être que bénéfique pour moi, si je pouvais sortir et être libre à ma guise, alors c'était une bonne chose, la meilleure. Mais là était l'égocentrisme. Léandre ne saurait pas contrôler son pouvoir en un claquement de doigt ; il fallait du temps, de l'énergie. De l'entrainement, avant d'y parvenir. Tout le monde le savait ici, mais il semblait mettre cette obligation de côté. Que devais-je faire à présent ? Le mettre en garde ? J'aurais trop peur qu'il prenne ça pour un abandon de notre plan. Lui dire clairement les choses ? Il savait ce que nous risquions en tentant une chose pareille, et je pouvais être sûre d'une chose : il avait étudié toutes les possibilités, toutes les difficultés auxquelles nous devrions faire face. L'idée venait de lui, il avait déjà tout calculé. Je n'étais qu'un pion, je devais faire ce que le Scientifique m'ordonnait. Quel était le problème ? Il n'y en avait pas. J'avais toujours fait ça, obéir aux ordres, me plier, faire ce que l'on me demandait. Ça ne m'avait jamais posé de soucis, d'interrogation. Alors pourquoi aujourd'hui ? Peut-être parce que, comme Léandre Black, j'étais une manipulatrice. Une manipulatrice qui se faisait une fois de plus manipulée mais qui, cette fois, n'en restait pas indemne. Peut-être encore parce que je, nous venions de découvrir une part de mon pouvoir que j'ignorais jusqu'alors. Un côté qui avait l'air particulièrement puissant et qui, sans aucun doute, intéresserait Léandre et tout autre Scientifique qui serait au courant.
Je pensais pouvoir me précipiter vers les toilettes et m'y cacher jusqu'à m'être remise, peu importait le temps que ça me prendrait, mais ce ne serait pas aussi simple. Léandre m'avait rattrapée et capturée par le bras, me priant d'attendre. Attendre quoi ? Que les larmes sortent sous ses yeux ? Je ne le voulais pas, vraiment pas, peut-être était-ce là la raison pour laquelle elles ne coulaient pas. Je l'espérais. Retourner à table était, selon lui, la seule chose à faire. Il avait raison. Notre rendez-vous était loin d'être fini, je ne devais pas me laisser aller à la moindre surprise. J'en aurais d'autres, des surprises, j'en étais sûre. Je soufflais le plus silencieusement possible pour m'apaiser, et pris une autre facette de ma personnalité que j'utilisais constamment, mais rarement ces temps-ci en présence de Léandre.

– Seulement maintenant ? Je pensais que nous étions déjà partenaires avant.

Je jouais avec la provocation, j'en étais consciente. Mais cela me donnait l'impression de devenir puissante, plus encore qu'avant. Sans même avoir besoin de forcer, je libérai mon bras et me rendais seule à notre table, laissant Léandre sur place, devant le cabinet des femmes. Les plats étaient arrivés. La soirée en était à peine rendue à sa moitié.

_________________
    ancienne administratrice à la retraite ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebazzartdeween.tumblr.com/
avatar


Léandre Black
Imperfection au masculin

Messages : 197
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23
Localisation : Derrière une séringue

Feuille de personnage
Eelut : Never too
Âge du personnage : 26 ans
Section: Sans pouvoir

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Mer 6 Mar - 10:04

J'observai un instant mon poignet, encore perturbé par ce qu'avait fais -bien involontairement- Diana. Cela avait été si soudain et si intense comme sensation. Une douleur continue et diffuse dans tous mes corps, tout mon ADN en avait été secoué. Je me demandais si l'effet était le même chez les personnes ayant acquis un don que la blonde volait par cette pression du l'articulation. Ma voleuse était extrêmement douée. J'avais bien fais de faire d'elle mon alliée. Si au début, tout avait été que manipulation (et quelle manipulation !), désormais j'arrivais à me permettre d'être plus franc envers elle. Ce qui ne m'était pas arrivée avec personne depuis mes années lycée... Hn, comme quoi, « une femme qui aime transforme le monde.», n'est-ce pas monsieur Jacques de Bourbon Busset ? Quoi que, j'ignorais si la blonde m'appréciait vraiment. Assez pour venir au rendez-vous en tout cas.

J'observais le visage déconfis de la blonde qui semblait s'en vouloir énormément. Ce que je pouvais comprendre, même si pour ma part je ne ressentais qu'une intense excitation. Diana retrouva son calme assez rapidement, et j'en fus satisfait. Je n'étais pas doué pour consoler les gens, malgré que j'étais un assez bon menteur. Je n'avais pas menti cette fois-ci. Elle était vraiment pour moi une coéquipière, une partenaire, une alliée.. Ô bien sûr qu'il m'arriverait de douter d'elle, d'être un peu plus méfiant. Je l'avais toujours été après tout.

– Seulement maintenant ? Je pensais que nous étions déjà partenaires avant.

La blonde avait répondu sans détour, retrouvant sa vigueur et sa provocation. Elle me laissait d'ailleurs assez intrigué et je n'eus pas le temps de lui répondre tellement sa réplique avait été soudaine et précise. Elle m'abandonna alors pour retrouver la table et je me sentis assez ridicule, ainsi immobile. Je viens la rejoindre rapidement, bien décidé à ne pas me laisser déstabilisé. Je lui lançai un sourire et vient boire une gorgée de vin.

- Je vois que même lors d'un rancart, la voleuse qui est en toi n'est jamais loin. Chantonnai-je. Ce n'est pas plus mal, puisque c'est la première chose que j'ai vu chez toi.

Maintenant que nous avions terminé notre repas, le dessert arriva. J'avais pris quelque chose de chaud, pour me réchauffer un peu avant notre sortie. La nuit s'annonçait fraiche. On m'apporte alors des gaufres chaudes au caramel.

- Tu n'étais pas obligé d'accepter mon rendez-vous, ni venir d'ailleurs... Qu'es-ce qui t'a poussé à me rejoindre ici ?

La question était sincère. Je voulais savoir si il y avait vraiment de l'attirance entre nous où si je me faisais des illusions. Si c'était le cas, je tournais la page tout simplement. Je pouvais très bien me trouver un mec ou une nana pour la remplacer. Je n'en n'éprouvais aucune honte. La vie continuait. Elle ne serrait pas moins ma partenaire si elle refusait de partager plus qu'un plan avec moi.

-Tu n'as pas des questions ? Comme par exemple, pourquoi ? Pourquoi te faire venir ? Où tu l'as déjà compris ?

Je l'espérais quelque part.

_________________
Toi, ton don me plait. Viens voir Dr.Black, c'est un ordre !







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Diana Luyen
Fais de moi ton maître, et donne-moi ton don !

Messages : 425
Date d'inscription : 04/02/2012
Localisation : Dans le Centre --'

Feuille de personnage
Eelut : Gerbay (un Tamia Rayé)
Âge du personnage : 23 ans
Section:

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Ven 15 Mar - 5:40



"Celui qui s'assure le premier de ta confiance sera le premier à la trahir."

Je haussai légèrement les sourcils à sa remarque. Rencard ? Certes, il avait insisté sur le fait que ce repas n'aurait rien de professionnel, mais c'était la première fois, depuis qu'il me l'avait proposé, qu'il disait le mot franchement. Sans détour. Ma soudaine prise de confiance en moi l'aurait-elle influencé, lui donnant à son tour du courage ? Tant mieux, je préférais avoir face à moi un autre manipulateur à défier, cela me donnait la motivation de ne pas fléchir, quoiqu'il arrive. Un craintif m'aurait freiné plus qu'autre chose, tandis qu'un manipulateur me pousserait de l'avant. Nous irions loin, c'était ainsi, c'était prévisible. Léandre avait des questions, plus que moi alors que ça aurait dû être l'inverse. Je restais silencieuse lorsqu'il me demandait si je ne m'interrogeais pas ; j'avais déjà répondu que je n'avais rien à savoir de plus, je connaissais déjà tout. Mais cette fois ce n'était pas sur les tests que nous prévoyions qu'il me questionna, mais sur mes raisons à venir à ce rendez-vous, ou plutôt à ce rencart comme il disait.

– Je n'étais pas non plus obligée de refuser.

Une réponse sans en être une, je laissais le mystère planer, c'était jubilatoire, tout ce qu'il y avait de meilleur à jouer l'énigmatique élève. Au fur et à mesure des années, j'avais appris à ne pas poser trop de questions et à ne pas donner de réponses trop claires ; cet apprentissage m'avait formé un caractère et une façon de vivre, et même face à un Scientifique qui n'avait pas suivi une éducation de ce genre je continuais de me comporter comme on me l'avait montré. C'était de toute manière beaucoup plus amusant, certes pas simple, mais cette situation me convenait comme elle était.

– Se poser trop de questions est mauvais pour la santé. C'est ce qu'on me disait quand j'étais petite, et j'ai encore peur de finir à l'infirmerie si je parle trop.

J'émis un petit rire qui voulait comme dire, regarde, je plaisante et je n'ai pas plus de questions que la dernière fois. Peut-être même n'en aurais-je toujours pas la prochaine fois, cela faisait parti de l'enjeu, je te fais confiance et je vois où cela nous mène. Les questions empêchent la confiance de se développer et sont, en effet, d'une certaine façon, mauvaises pour la santé.
Mon don consistait à voler d'autres pouvoirs, pas à lire dans les pensées. Quoique je pense de ce rendez-vous peu professionnel, j'avais peu de chances de me dire la même chose que ce que Léandre comprenait dans ce dîner. Peu importait ses raisons de m'inviter – certes je m'étais posé la question bien des fois depuis qu'il m'avait abordé dans la cour mais je me rendais maintenant compte de mon erreur, je devais rester patiente, c'était là la clef de la réussite ; il m'avouerait lui-même ses motifs avec le temps – je devais me rendre à tout rendez-vous que l'on me donnait simplement parce que c'était ainsi, j'étais accessible sans vraiment l'être, je venais en chair et en os à chaque évènement de la ville, du Lycée, des Scientifiques, des Surveillants, je me tenais au courant de tout ce qui se faisait dans le Centre, je m'impliquais tout en restant en retrait, c'était une façon que j'avais trouvée d'inspirer le respect. Certes ce repas en compagnie de Léandre Black était différent des autres audiences auxquelles j'avais pu assister, il n'y avait pas que de la considération entre nous, il y avait autre chose. C'était même différent des autres rencards auxquels j'avais déjà participé, il n'y avait pas vraiment de tension, pas vraiment d'assurance, nous étions ce que nous étions. Des manipulateurs.

_________________
    ancienne administratrice à la retraite ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebazzartdeween.tumblr.com/
avatar


Léandre Black
Imperfection au masculin

Messages : 197
Date d'inscription : 05/02/2012
Age : 23
Localisation : Derrière une séringue

Feuille de personnage
Eelut : Never too
Âge du personnage : 26 ans
Section: Sans pouvoir

MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   Mar 21 Mai - 10:03

Elle aurait pu refuser et s'en tenir à des rapports professionnels. Après tout, qu'étais-je pour elle à part un scientifique du Centre ? Cependant, elle me dit que rien ne l'obliger à décliner mon offre ou à l'accepter d'ailleurs. Sa réponse fut pour moi très satisfaisante.

- J'en suis ravis, Diana. Au final, tu es là, soufflais-je volontairement.

Elle jouait avec les mots, manipulant par des sous-entendus et des regards. Elle était comme moi, et c'est cela qui me fascinait le plus. Personne d'autre qu'elle, de part son don et son caractère, n'aurait pu être meilleur allié. Cependant, à cet instant, je voyais plus qu'une partenaire. Je voyais une femme, belle, puissante et accompli. Elle rajouta ensuite que trop de question était mauvais pour la santé, ce qui me doucement rire malgré moi. Au centre, si il avait bien une chose qui était tout sauf déconseiller pour sa survie, c'était le questionnement. Tellement de gosses étaient venu entre mes mains, soumis et confiants. Pas une question n'avait été poser, pas une réponse n'avait été donné. Peut-être auraient-il chercher à fuir si ils avaient su ce que leur réservait l'avenir.

- Tu n'es pas du tout le genre de femme à attendre que quelque chose se passe, je ne le sens pas en toi. Tu es maligne Diana, très maligne. Tu fais en sorte de toujours garder les meilleurs cartes. Tu as de la ressource. Tu es en quelque sorte... les yeux du Centre. Et quelles yeux...

Des yeux que je fixais longuement avec un sourire malicieux. Je montrais par ma réplique que je savais ce qu'elle était et ce qu'elle faisait au centre, que je la connaissais mieux qu'elle ne pouvais le penser - tout en jouant la carte de la séduction. C'était amusant, c'était un jeu, parfois ce ne l'était plus. Quelles étaient les limites ? Je ne savais pas. Je jouais pourtant souvent à ce jeu mais c'était bien la première fois que j'étais aussi peu confiant sur la suite. Je ne montrais rien de ce trouble, me montrant fier et sur de moi. Je découpais doucement un morceau de mon dessert.

-La fin du rancard approche joli blonde.. Souhaites tu que je te ramène moi même ? Les taxis la nuit ne sont pas très sur. Quoi que, je ne suis pas non plus un modèle de droiture !

J'avalais doucement quelques morceaux de gaufres, observant avec amusement ma chère partenaire.

Spoiler:
 

_________________
Toi, ton don me plait. Viens voir Dr.Black, c'est un ordre !







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rendez-vous... galant ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rendez-vous... galant ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [2000]Paris perdu, rendez-vous galant de mauvais goût [Izlaya/Alan/Maureen][Terminé]
» Rendez vous galant ou retrouvaille amicale ? [ PV Kaito ]
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
•Intensive•Training• :: •Centre :: Ville :: La Rosace-